Fiche matricule de recrutement

BREZ Pierre

14/05/1888 - 17/06/1915

Accès rapide aux sections Informations personnelles | Signalement | Recrutement | Services et mutations | Jour de décès | Citations | Médailles | Inhumation | Retour

Informations personnelles

Né le 14/05/1888 à Mhère (Nièvre)

Résidant à Mhère (Nièvre)

Père : Brez Philippe

Mère : Boulandet Félicie

Profession :

Résidence familiale : Mhère


Signalement
Données à caractère physique :
Cheveuxchâtains
Yeuxbleus
Frontdécouvert
Nezgros
Visageovale
Taille1.70

Recrutement

Fiche matricule 1012 Bureau de Cosne. Classe 1908

Inscrit sous le nr. 29 de la liste de canton à Corbigny

Classé dans le 1e partie de la liste de 1909: "Bon"


Détail des services et mutations diverses

08-10-1909
Appelé à l'activité pour le 29e Régiment d'Infanterie. Arrivé au corps le dit jour. Soldat 2e classe. Matriculé sous le nr. 4897

12-04-1911
Soldat 1e classe

24-09-1911
Envoyé dans la disponibilité. Certificat de bonne conduite "Accordé"

01-08-1914
Rappelé à l'activité par suite de mobilisation générale

03-08-1914
Arrivé au corps aux armées 1e Cie du 29e R.I.

06-08-1914
Le régiment quitte Autun par voie ferrée en direction des Vosges.

14-08-1914
Combats pour l'enlèvement de Domèvre. L’ennemi se retire avant la prise de contact. A l’issue de cette première journée de combat, le 29° enregistre 20 tués, 46 blessés (environ 40 seront évacués) et 4 disparus.

19-08-1914 au 20-08-1914
Attaque sur Sarreltroff. Aussitôt que les troupes françaises apparaissent, une formidable canonnade est déclenchée par l’ennemi, qui oblige les fantassins à se replier et à se terrer. Cette situation dure tout le reste de la journée.
L'attaque ne progresse pas et les troupes françaises se repli le vingt aout.
Le bilan, pour le régiment est terrible. Le commandant du 1e bataillon indique que ses pertes en tués, blessés et disparus, sont des 374 hommes et 6 officiers. Le JMO indique 26 tués, 153 blessés et 382 disparus. Le fichier Mémoire des Hommes donne 150 tués à cette date. à l'appel du soir, il manque 120 hommes à la 1e Cie de Brez, 72 hommes ont été tués ou blessés à la 2e Cie; la 10e compagnie ne compte plus que 66 hommes!

21-08-1914 au 26-08-1914
Replie du régiment sur Clezentaine, suite la défense de ce village contre les attaques allemandes.
Pertes de cette journée:
Tués 28, blessés 180, disparus 63

24-09-1914
Le régiment est ramené en tout hâte sur la Meuse par chemin de fer.

26-09-1914 au 18-01-1915
La totalité du régiment, moins la 8e compagnie et la compagnie hors rang, a été mise, par fraction successives, à la disposition des 13e et 85e régiments d’infanterie. Ces unités sont engagées devant Apremont, au bois Brûlé, au bois d’Ailly et en avant de Koeur-la-Grande, afin d’arrêter l’ennemi, qui a occupé une partie des Hauts-de-Meuse et Saint-Mihiel, de le refouler, si possible.
Le 1er octobre, il se porte à Saint-Agnant et reçoit, à 13 heures, l’ordre d’attaquer le bois Jura en liaison avec le 13e régiment d’infanterie. Le 1er bataillon, qui, depuis le 26, n’a pas quitté le bois Brûlé, doit prolonger l’attaque à gauche.
Ces attaques infructueuses sont renouvelées le 2 et le 6 octobre. Elles ne modifient pas la situation.
A partir du 10 octobre, le front se stabilise et, peu à peu, les secteurs s’organisent méthodiquement : tranchées, boyaux et solides défenses accessoires.
La « tranche » affectée au 29e, et qu’il gardera jusqu’au 19 janvier 1915, s’étend d’Apremont au bois Brûlé, face au bois Jura. Cependant des bataillons sont constamment détachés dans le secteur voisin de la Louvière et du bois Brûlé. En ce dernier point surtout, à la « redoute du bois Brûlé », des bombardements intenses, presque continuels, des attaques violentes de l’ennemi, extrêmement fréquentes, sont la cause de pertes élevées et de fatigues extrêmes pour la garnison.

19-01-1915
Le régiment se rend, après relève, à Lavallée, au repos.

29-01-1915 au 04-03-1915
Le 29e R.I. est de nouveau dans les tranchées, à la Louvière. Il tient ce secteur. Les intempéries et des bombardements toujours fréquents rendent ce séjour assez pénible. Peu à peu, cependant, les améliorations apportées aux tranchées et aux abris, grâce à des travaux constamment renouvelés, y transforment les conditions d’existence.

05-03-1915 au 25-03-1915
Après relève, le 4 mars, et un court séjour à Vignot, deux bataillons et la compagnie hors rang s’embarquent à Void et à Sorey. Le 15e débarquement à Verdun. Le 19 occupation du secteur de Riaville, sous le commandement de la 1re brigade de marche, puis relève le 24. Nouvel embarquement à Verdun le 25

26-03-1915 au 07-04-1915
Pendant trois jours, les bataillons creusent des parallèles de départ entre le bois le Prêtre, Fay-en-Haye et Regnéville, en vue d’une attaque.
Le 30 mars, à 20 heures, le 1e bataillon attaque les organisations allemandes de la crête située à l’ouest de Fay-en-Haye. L’opération ne réussit qu’en partie et est reprise le lendemain soir. Cette deuxième tentative est couronnée de succès et le 1er bataillon occupe le cimetière de Fay et tous ses objectifs situés plus à l’ouest.
Le 4 avril, ordre est donné d’attaquer Remenauville avec deux bataillons (1e et 2e) du 29e R.I. A 19 heures, l’attaque se déclenche, après une légère préparation d’artillerie. Elles ne peuvent progresser. L’attaque reprendra le lendemain, au petit jour, après une nouvelle préparation d’artillerie d’une demi-heure. Tous les efforts pour rentrer dans Remenauville restent vains. Le 3e bataillon, qui avait cherché à déborder l’objectif par la droite, pris sous les feux de flanc des défenseurs du village, est obligé de revenir à ses tranchées de départ.
En fin de journée, le régiment s’organise sur les positions atteintes. Il est relevé deux jours après.
Embarquement en camions automobiles à Tremblecourt.

08-04-1915 au 13-05-1915
Débarquement à Vignot, où, après quatre jours de repos, le 29e est mis à la disposition de la 15e division d’infanterie pour participer aux attaques du bois d’Ailly.

Le 12-04-1915
caporal Brez est nommé sergent.

Les journées du 15 au 21 avril sont consacrées aux reconnaissances préliminaires. Le 22 avril, à 19 heures, le régiment attaque les organisations allemandes de la corne nord-est du bois d’Ailly avec deux bataillons (2e et 3e), après une préparation d’artillerie de dix minutes.
Le 2e bataillon s’empare de presque tous les objectifs assignés et fait cinquante prisonniers, dont deux officiers. Le 3e bataillon se heurte à une résistance telle que sa progression est arrêtée net. Il perd huit officiers, dont le commandant du bataillon et trois commandants de compagnie. Le lendemain matin, il est remplacé, dans ses tranchées de départ, par le 1er bataillon, resté jusque-là en réserve.
Le 23, le 1er bataillon renouvelle, à 11 heures et à 19 heures, l’attaque tentée la veille par le 3e bataillon, mais ne peut davantage progresser.
Ses pertes sont lourdes et il est relevé le 24, dans la matinée.
Après quatre jours de combats ininterrompus, le 2e bataillon est enfin relevé et, le 27 avril, le régiment est réuni en entier à Commercy
Le 29e reçoit des renforts, est recomplété et, le 5 mai, mis de nouveau à la disposition de la 15e division d’infanterie pour faire face à de nouvelles attaques de l’ennemi, qui a reconquis ses anciennes positions du bois d’Ailly et progressé vers le sud jusqu'à la Maison-Blanche.

25-05-1915 au 16-06-1915
Le 29e R.I. est remis sous les ordres du général commandant la 16e division d’infanterie et, le lendemain, va occuper le secteur de la Tête-à-Vache.
Ce secteur est un exemple d'une vraie guerre de tranchées. Les soldats occupent les tranchées jour et nuit, faisant des travaux aux tranchées et abris et chaque jour on est bombardé par les obus allemands.
Le JMO dus 29e Régiment d'Infanterie dans cette période est rempli de notations "citations", "décorations", "mutations" et "pertes". Toutes les compagnies sont commandées par officiers, nommé à titre temporaire.
Les pertes dans ce période sont 34 tués et 146 blessés.


Jour de décès

17/06/1915

Dans le JMO du 29e c'est noté:

"Situation inchangée. Bombardement violent sur nos tranchées. Pertes 6 tués, 7 blessés."

Pas une liste nominative des pertes. C'est un jour comme tous les autres.

Ce jour à 10 h Pierre Brez est tué aux tranchées de la Tête à Vache dans la commune de St. Mihiel, âgé de 27 ans.


Citations

Pas des citations trouvées


Médailles

Pas des décorations trouvées


Inhumation

Pas un lieu d'inhumation trouvé.

Dans l'acte de décès on trouve la remarque:
"Nous nous sommes trouvé dans l'impossibilité de nous assurer de la réalité du décès."
Dressé par moi, Gey, René, Lieutenant au 29e Régiment d'Infanterie, Officier de l'état civil, sur la déclaration de Deschamps Joseph, âgé de 25 ans, sergent major au 29e R.I. et Marguet Jules, âgé de 27 ans, soldat 2e classe au 29e R.I., témoins, qui ont signé avec moi après lecture.


Crédits & Sources

Informations sur les sources :

Archives SHDGR GR 26 N 604 002 0015 T

Retour