Fiche matricule de recrutement

GRAILLOT Arthur

1893-05-02 - 1914-10-04

Informations personnelles

Né le 1893-05-02 à Mhère

Résidant à Mhère (Douloin)

Père : Graillot Antoine

Mère : Gaulon Reine

Profession : cultivateur


Signalement
Données à caractère physique
Cheveuxbruns
Yeuxgris noir
Frontdécouvert
Nezdécouvert
Visageovale
Taille1.67

Recrutement
Recrutement :

Fiche matricule nr. 447 bureau de Cosne. Classe 1913

Inscrit sous le nr. 51 de la liste cantonale de Corbigny

Classé dans la 1e partie de la liste en 1913 : « Bon »


Détail des services et mutations diverses

27-11-1913
Incorporé au 29e Régiment d'Infanterie. Arrivé au corps le dit jour. Soldat 2e classe.

06-08-1914
le 29e régiment (32e brigade, 16e division, 8e corps d'armée) quitte Autun, à l'effectif de 3.345 hommes, pour gagner la frontière de l'Est.

12-08-1914
Après étapes à la Verrerie de Porcieux, Moriville, Clézentaine, Domptail, qui amènent le régiment dans la région de Sainte-Pole-Montigny-Reherrey, les premiers engagements ont lieu avec de faibles éléments avancés de l'ennemi.

14-08-1914
Le premier combat sérieux et le 29e enlève brillamment le village de Domèvre, puis les bois situés au nord, dans la direction de Verdenal.
Les Allemands se replient alors avec une rapidité inattendue.
Pertes : Tués 20, blessés 46, disparus 4

15-08-1914 au 28-08-1914
Le régiment traverse Blamont, puis la frontière, et, le 18, il prend position dans les bois au nord-ouest de la Sarre, au nord de Sarrebourg.
Pendant la journée du 19 et la matinée du 20, les troupes sont soumises à un bombardement d'artillerie lourde d'une intensité extrême. L'attaque projetée sur les versants sud-est de la Sarre, trop fortement défendus, ne peut être exécutée.
Les éléments voisins ne peuvent davantage progresser.
Les pertes sont lourdes; les éléments avancés, pressés par l'ennemi, sont obligés de se replier et la retraite est ordonnée. Celle-ci s'exécute en ordre, couverte par des éléments d'arrière-garde qui se replient en combattant pied à pied.
Pendant les journées des 21,22 et 23, la 16e division d'infanterie continue par ordre son mouvement de repli, mais sans que la poussée de l'ennemi se fasse pressante. Elle s'arrête à l'ouest de la Mortagne.
Le 28 aout le régiment reçoit un renfort de 1000 hommes.
Pertes pendant ces jours : Tués 70, blessés 422, disparus 462.

26-08-1914 au 10-09-1914
Le 29e RI est en avant-postes à Clézentaine et au sud-est de ce village, dans les bois de Fays.
A 9h, les Allemands débouchent en grand nombre de Deinvillers et du bois des Corres. Leur attaque est appuyée par une puissante artillerie. Pendant toute la journée, la lutte est très chaude, des renforts sont envoyés et, après des alternatives diverses, les allemands qui, vers 17h, avaient pris pied dans les bois de Fays et dans Clézentaine, sont repoussés avec de très grosses pertes. A la nuit tombante, ils s'enfuient en désordre vers Deinvillers et la Mortagne.
Pendant les journées qui suivent, jusqu'au 10 septembre, le régiment occupe les avant-postes dans les bois de Fays, du Chaufour, puis à Deinvillers et enfin devant Xaffévillers.
Pertes : tués 2, blessés 15

19-09-1914
Attaque sur le village de Woel par un bataillon du 85e RI et un Cie du
29e RI. L'attaque commence à 10h15. À 12h le 29e RI prend possession du village et le 85e RI marche sur Dancourt. 15h les allemands contre attaquent avec infanterie et bombardent le village et le Bois de Rebois avec l'artillerie. Les Cies du 29e RI sont obligées de se replier. La défense du village est trop faible et le 29e RI reçoit l'ordre de rompre le combat et de rentrer à St. Maurice.
Pertes : tués 1, blessés 44, disparus 4

21-09-1914
Départ du régiment de la gare de Sampigny et débarquement à Villers Dancourt et Ste. Menehould. Cantonnement à Dampierre-le-Château.

25-09-1914 au 30-09-1914
Le 29e RI entre le secteur Lérouville, Aprement, Pont-sur-Meuse. En formations diverses avec le 85e RI et 13e RI les unités du régiment attaquent Aprement, le Bois Brulé et le Bois d'Ailly. Le 3e bataillon de Graillot fait des combats à Koeur-la-Grande et environs. Le 28 le 3e bat. reçoit l'ordre de relever le 85e RI sur la ligne d'avant postes Han-sur-Meuse les Koeur. Cette ligne d'avant postes est fortement bombardé pendent la soirée et la nuit.
Pertes dans ce période : tués 34, blessés 98, disparus 35

01-10-1914
Les 2e et 3e bataillons du 29e RI se portent à St. Agnant et sont à la disposition du commandant la 32e Brigade. À 15h ordre d'attaquer le Bois Jurat par sa lisière S.O. en partant du cimetière de St. Agnant. L'attaque commence à 17h15 et s'exécute sous un feu violent des tranchées ennemies. Ordre est donné de s'engager à fond, même la nuit. Mais les bataillons ne peuvent pas progresser. La 12e Cie et une partie de la 11e Cie sont à 30m d'ennemie et le 2e bataillon a trouvé devant lui des réseaux de fil de fer qui l'ont empêché d'arriver à moins de 50 m de la lisière du bois. À 24h, ordre de se replier à hauteur des tranchées précédemment occupées par le 13e RI. Le 2e bataillon reste dans ces tranchées et le 3e bataillon, très éprouvé, rentre à St. Agnant à 4h le 2 octobre.
Pertes : tués 26, blessés 207, disparus 77

02-10-1914 au 04-10-1914
À 14h ordre de recommencer l'attaque du Bois Jurat. Les 11e et 12e Cies restent à St. Agnant à la disposition du Colonel Marié. Les 9e et 10e Cies occupent les tranchées à L'O de St. Agnant pour défendre ce village de toute attaque pouvant venue d'Aprement. L'attaque sur le Bois Jurat et arrête à 250 m de la lisière du Bois Jurat. 3 octobre ordre de maintenir sur ses positions sans chercher à progresser d'avantage.
Pertes : tués 10, blessés 13


Jour de décès

1914-10-04

Source J.M.O. du 29e RI :
« Vers 3h15 attaque violente sur notre gauche en dehors du secteur que nous occupons. De 12h à 4h canonnade violente sur le Bois Brulé, les tranchées N.E. de St. Agnant et sur ce dernier village.
19h le 1e bataillon vient cantonner à St, Agnant, les 2e et 3e restent sur les positions d'avant postes de la veille.
Pertes : tués 1, blessés 10
Officiellement ce jour Arthur Graillot est disparu, malgré le J.M.O. de ce jour ne mentionne pas un seul disparu.
Par jugement du Tribunal de Clamecy le 7 octobre 1920, Graillot est déclaré Mort pour la France la date du 4 octobre 1914. Il avait 21 ans.


Citations

Inscrit au tableau spécial de la Médaille Militaire à titre posthume (J.O. du 18 juillet 1922) « soldat brave et dévoué. Mort glorieusement pour la France le 4 octobre 1914 devant St. Agnant »


Médailles

Médaille Militaire
Croix de Guerre avec étoile de bronze.


Inhumation

88 Vosges
Commune de Clézentaine
Carré Militaire du cimetière communal
Tombe 24

© 2007 - 2018 www.promenade-en-mhere.fr