Fiche matricule de recrutement

LABORDE Philippe

07/04/1893 - 01/10/1914

Accès rapide aux sections Informations personnelles | Signalement | Recrutement | Services et mutations | Jour de décès | Citations | Médailles | Inhumation | Retour

Informations personnelles

Né le 07/04/1893 à Mhère (Jeaux)

Résidant à Mhère

Père : Laborde Pierre

Mère : Renault Anne

Profession : cultivateur

Résidence familiale : Mhère (Jeaux)


Signalement
Données à caractère physique :
Cheveuxchâtains clair
YeuxBleus
Frontcouvert
Nezmoyen
Visageovale
Taille1.70 m
Poids kg

Recrutement

Fiche matricule 458 bureau de Cosne

Classe mobilisation 1913

Inscrit sous le nr. 62 de la liste de canton de Corbigny

Classé dans la 1 e partie de la liste 1913. « Bon »


Détail des services et mutations diverses

28-11-1913
Incorporé au 29e Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le dit jour. Matriculé sous le nr. 5312. Soldat 2e classe

06-08-1914 au 11-08-1914
Le 29e régiment (32e brigade, 16e division, 8e corps d’armée) quitte Autun, à l’effectif de 3.345 hommes, pour gagner la frontière de l’Est.
L’enthousiasme est grand et c’est en chantant, dans les trains couverts de fleurs, que les bataillons arrivent successivement à Charmes, où a lieu le débarquement. Des étapes à la Verrerie de Porcieux, Moriville, Clézentaine, Domptail, amènent le régiment dans la région de Sainte-Pole-Montigny-Reherrey, (Vosges) où ont lieu les premiers engagements.

12-08-1914
Premiers combats avec un ennemi faible. On tir sur un peloton d’Uhlans. Le soir les allemands bombarde la région, mais les obus éclatent trop haut.
Pertes : 1 homme disparu

14-08-1914
Le 29e RI livre le premier combat sérieux enlève brillamment le village de Domèvre, puis les bois situés au nord, dans la direction de Verdenal.
Les Allemands se replient alors avec une rapidité inattendue.
Pertes : 20 tués, 47 blessés, 4 disparus.



15-08-1814 au 19-08-1914
Le 15 aout, le régiment traverse Blamont, puis la frontière, et, le 18, il prend position dans les bois au nord-ouest de la Sarre, au nord de Sarrebourg. Pendant la journée du 19 le régiment est soumis à un bombardement d’artillerie lourde d’une intensité extrême. L’attaque projetée sur les versants sud-est de la Sarre, trop fortement défendus, ne peut être exécutée.
Pertes ces jours : Tués 10, Blessés 41, Disparus 17.

20-08-1914
À 7h offensive prononcée par la 15e Division sur Sarraltroff. Les troupes se retirent sur Dolving et Haut-Clocher, suivies par les troupes allemandes, appuyés par leur artillerie.
Filtrations à travers le Bois de Pinting. Rassemblement des divers éléments du régiment à Heming. Cantonnement du régiment à Neuf-Moulin.
Pertes officiers : tués 1, blessés 10, disparus 2
Pertes troupes : tués 26, blessés 153, disparus 382

21-08-1914 au 23-08-1914
Pendant ces journées, la 16e division d’infanterie continue par ordre son mouvement de repli, mais sans que la poussée de l’ennemi se fasse pressante. Elle s’arrête à l’ouest de la Mortagne. Le 29e RI bivouac à Moyemont

24-08-1914
Repos à Moyemont. Départ à 15h pour Fauconcourt

25-08-1914
À 10h le 1e Bat. occupe Clézentaine et le met en état de décence. Le 3e Bat. au N.E. du village, face au Bois de Corres. Le 2e Bat. en réserve à la cote 305.

26-08-1914
9h, l’ennemi débouche de Peinvillers et du Bois Corres. Le feu est ouvert à 9h30. La position est violemment battue par l’artillerie ennemie. à 14h l’artillerie ennemie canonne le village de Clézentaine. L’ennemi filtre par le Bois de Fays et menace la ligne. Le 29e RI reçoit renforts d’une Cie de réserve, une Cie du 46e Chasseurs Alpins, une Cie du 13e RI et une Cie du 52e Chasseurs à Pied.
17h déclanchement d’une contre attaque appuyée par des mitrailleuses. L’ennemi disparait.
Pertes officiers : tués 3, blessés 7
Pertes troupes : tués 28, blessés 180, disparus 63.

27-08-1914
Le régiment occupe des positions au Bois de Corres et Bois de Fays. Au lever du jour, les sections placées dans la plaine entre le bois du Haute de Corbe et de Corres ont été abritées sous bois. Deux postes ont été poussées sur la voie ferrée.
Le régiment reçoit un renfort de 1000 hommes.
Pertes : Tués 2, blessés 2, disparus ??

28-08-1914 au 11-09-1914
Le front se stabilise. Le régiment occupe les avant-postes dans les bois de Fays, du Chaufour, puis à Deinvillers et enfin devant Xaffévillers.
Pertes dans ces jours : Tués 2, blessés 20.

11-09-1914 au 18-09-1914
L’ennemi est signalé se retirant devant le groupement des Vosges. Des reconnaissances suffisamment fortes pour surmonter une première résistance doivent être envoyées sur les lignes adverses. Cette action est confiée au 29e régiment d’infanterie sur Xaffévillers. La 11e compagnie attaque le village à 22 heures et, n’ayant trouvé qu’une faible résistance, s’y installe sans pertes. Renseigné sur le départ précipité de l’ennemi, le régiment gagne, le 12, Domptail, puis Fontenoy-la-Joute, que les Allemands avaient évacué le matin même.
Dès le lendemain, ordre est donné de gagner Bayon, d’où le régiment est transporté, par chemin de fer, sur les bords de la Meuse, dans la région de Saint-Mihiel.

18-09-1914 au 19-09-1914
Après une marche de nuit, le 29e RI est arrive à Hattonchatel et à Viéville, et, dans la matinée, se porte sur Woel, d’où il chasse, en liaison avec la 31e brigade, les éléments avancés ennemis qui l’occupaient. Il s’établit ensuite dans les bois à l’est et au sud-est de ce village. Vers 16 heures, des forces ennemies importantes, venant du sud-est, cherchent à tourner notre position. Un vif combat est engagé et, vers
18 heures, l’ennemi semble marquer un mouvement de recul. Au même moment, arrive l’ordre de rompre le combat et de regagner Saint-Maurice. Cette manœuvre délicate, facilitée par la nuit, s’exécute sans incident.
Pertes : tué 1, blessés 44, disparus 4.

20-09-1914
Le 29e RI embarque à la gare de Sampigny et débarque, le 1e et 2e Bat. à Villers et le 3e Bat. à Sainte Menehould. Cantonnement du régiment à Dampierre-le-Château.

24-09-1914 au 30-09-1914
Le régiment est ramené en toute hâte sur la Meuse, par chemin de fer.
Ses différents éléments, à leur débarquement à Sampigny, sont envoyés
Un bataillon vers Saint-Julien, un bataillon à Koeur-la-Grande et un bataillon à Vadonville.
Dès le 26, la totalité du régiment, moins la 8e compagnie et la compagnie hors rang, a été mise, par fraction successives, à la disposition des 13e et 85e régiments d’infanterie.
Ces unités sont engagées devant Apremont, au bois Brulé, au bois d’Ailly et en avant de Koeur-la-Grande, afin d’arrêter l’ennemi, qui a occupé une partie des Hauts-de-Meuse et Saint-Mihiel, de le refouler, si possible.
Le 30 septembre, le régiment, moins le 1er bataillon, se trouve regroupé à Lérouville.
Pertes : tués 40, blessés 81, disparus 34


Jour de décès

01/10/1914

Texte intégrale du J.M.O. 29e Régiment d’Infanterie

« À 12heures ordre de porter à St. Agnant 2 Bataillons qui seront à la disposition du Colonel Commandant la 32e Brigade. Arrivé à St. Agnant le 2e en 3e Bataillon à 14h30.
À 15heures ordre d’attaquer le Bois Jurat par sa lisière S.O. en partant du cimetière de St. Agnant. L’attaque est préparée pour l’exécuter par bataillons accolés (2e à droite, 3e à gauche) encadrés de part et d’autre par des éléments du 13e Régiment d’Infanterie.
À 16h30 les lignes des tirailleurs atteignent le plateau situé au S.O. du Bois Jurat, prêtes à l’attaque. Deux Cies (5e et 9e) sont restées en arrière dans le ravin précédent le plateau en reserve.
À 17h15 l’artillerie donne le signal de la marche en avant. Celle-ci s’exécute aussitôt sous un feu violent des tranchées ennemies.
À la nuit, moment d’arrêt vers 18h15. À 19h15 l’attaque reprend, violente, après confirmation de l’ordre de s’engager à font, même la nuit. Une mitrailleuse ennemie placée vers la corne S.E. du Bois Brulé, prenant le flanc nos lignes de tirailleurs leur fait subir de grandes pertes. Cette mitrailleuse allemande abandonne sa position un peu plus tard.
À 20heures la 12e Cie et une partie de la 11e atteignent la lisière du Bois Jurat et s’y montaient à 30 m de l’ennemi, mais en peuvent progresser.
Le 2e Bat. a trouvé devant lui des réseaux de fils de fer qui l’ont empêché d’arriver à moins de 50 m de la lisière du bois.
À 24heures ordre de se replier à hauteur des tranchées précédemment occupées par le 13e Régiment d’Infanterie. Le mouvement s’exécute très lentement par petites fractions.
Le 2e Bat. occupe les tranchées face au Bois Jurat, en avant postes de combat.
Le 3e Bat. très éprouvé rentre à St. Agnant à 4h le deux octobre.
Le 1e Bat. reste dans les ouvrages de la redoute, dont il n’a pu déboucher au cours du combat.
Pertes :
Mr. Arnoux, s/lieutenant tué
Troupe : Tués 25, blessés 207, disparus 77

C’est évident, que Philippe Laborde était un des 77 hommes disparus. Sur sa fiche matricule s’est noté : « Disparu antérieurement au 1e octobre 1914.
Il est déclaré décédé le 1e octobre 1914 par le Tribunal de Clamecy en date du 21 octobre 1920.
Il avait 21 ans et était presque 2 mois au front.


Citations

Inscrit au tableau spécial de la Médaille Militaire à titre posthume (J.O. du 18 juillet 1922. « Soldat brave et discipliné. Mort pour la France le 1e octobre 1914 à l’attaque du Bois Jurat en forêt d’Apremont »


Médailles

Croix de Guerre avec étoile de Bronze


Inhumation

Probablement Philippe Laborde est inhumé dans un des trois ossuaires de la Nécropole Nationale « Vaux-Racine » à St. Mihiel (55 Meuse)

Ce nécropole est créée en 1919 et rassemble 1893 soldats non identifiés de la région, dont le Forêt d’ Apremont.


Crédits & Sources

Informations sur les sources :

- archives SHDGR GR 26 N 604 001 0011 T
- archives SHDGR GR 26 N 604 001 0032 T

Retour