Fiche matricule de recrutement

COUTELLIER Dominique

03/06/1884 - 28/08/1918

Accès rapide aux sections Informations personnelles | Signalement | Recrutement | Services et mutations | Jour de décès | Citations | Médailles | Inhumation | Retour

Informations personnelles

Né le 03/06/1884 à Mhère

Résidant à Mhère

Père : Coutellier Dominique

Mère : Charbonneau Joséphine

Profession : charron

Résidence familiale : Mhère


Signalement
Données à caractère physique :
Cheveuxchâtains
Yeuxchâtains
Frontordinaire
Nezmoyen
Visageovale
Taille1.74 m
Poids kg

Recrutement

Fiche matricule 424 de bureau de Cosne

Classe mobilisation 1904

Inscrit sous le nr. 44 de tirage de canton de Corbigny

Classé dans le 1re partie de la liste. « Bon »


Détail des services et mutations diverses

09-10-1905
Appelé à l’activité pour de 8me Régiment d’Artillerie. Arrivé au corps le dit jour. Immatriculé sous le nr. 5963.

10-10-1905
2e canonnier servant

30-09-1906
Maitre pointeur

28-09-1907
Envoyé dans la disponibilité. Certificat de bonne conduite « Accordé »

01-10-1908
Passé dans la réserve de l’armée active

06-12-1908
Déménagé à Bouville

03-01-1910
1er période d’exercices au 21-01-1910 dans le 37e Régiment d’Artillerie

13-06-1910
Résidant à Vincennes, 136 Rue de Paris

14-01-1911
Déménagé à Bouville

27-09-1913
2e période d’exercices à 11-10-1913 dans le 37e Régiment d’Artillerie

03-08-1914 au 06-08-1914
Rappelé à l’activité suite de Mobilisation Générale. Arrivé au corps le dit jour aux armes. Coutellier est incorporé dans la 1e groupe de sorti dans les casernements du nouveau quartier du 37e R.A.C. à Bourges.

07-08-1914 au 02-09-1914
Au matin embarquement en gare de Bourges, dirigé sur le camp retranché de Paris. Arrivé en gare d’Ivry et le groupe se rend à Bondy pour cantonnement Rue de Paris. La batterie est placée sous les ordres du Gouverneur Militaire de Paris en réserve générale.

03-09-1914 au 06-09-1914
Départ de Bondy, pour la région Villeparisis, Villeneuve sous Dommartin, Thieux et Charny. La groupe est mis à la disposition de la 55e Division de Reserve et a pour mission de soutenir l’Infanterie Marocaine. Le groupe est mis en batterie à l’Est du village de Villeroy.

07-09-1914 au 08-09-1914
Première bataille avec les Allemands vers Marcilly. La 43 e batterie est en réserve et le 41e et 42e batterie tir sur le front Tracy Etripilly. Les Allemands tirent sur les batteries et sont plus précises. La 41 e batterie est atteinte par les obus. Deux hommes et des nombreux chevaux sont tués et cinq hommes blessés, dont le pointeur Coutellier. Il peut continuer ses travaux.

09-09-1914 au 13-09-1914
Repli des batteries sur Bondy par St. Soupplet, Champ Fleury et Villeponte. On a reçu l’ordre de se mettre de nouveau à la disposition du Gouverneur Militaire de Paris. On arrive à Bondy le 13 à 10 heures et va cantonner.

07-10-1914
Départ de Bondy pour Versailles. On a reçu l’ordre du Gouverneur Militaire de Paris pour changer le matériel de 75 pour le matériel de 90. Le 1 e groupe est incorporé dans le 89 Division d’Infanterie Territorial avec un groupe de 52 e Régiment d’ Artillerie.

09-10-1914 au 24-10-1914
Départ pour Cherbourg et puis par bateau « Guatemale » à Dunkerque ou on arrive le 14 octobre. École de tirs sur la plage de Dunkerque. Alors mouvements directions Flandres et enfin on prend position Nord de Nieucapelle.

25-10-1914 au 09-12-1914
Tirs sur les mouvements des troupes Allemands et les batteries Allemandes dans la zone Dixmude-Woumen et sur Blanckaert. Les mouvements des troupes ennemies sont observés du clocher d’Oudecapelle. Mouvement des batteries sur Oudecapelle, tirs sur Château de Blanckaert et le Lac de Blanckaert. Problèmes avec les batteries lourdes des Allemands de 220. Il n’est pas possible de répondre car la portée est insuffisante.

09-12-1914 au 12-04-1915
Repli sur Kortewelde et la route sud de Pijpegaarde-Molenbeek. Tirs sur les tranchées Allemandes et support des fusiliers marins à leurs attaques.
Retourné de Flandres en France, cantonnement à Wahren

13-04-1915
Le 1e groupe prend position S.O. de Soissons et fait mouvements pour occuper positions à l’est de la Vesle. La 41e batt. à Rue de Moulin, la 42e batt. à Vassemy et la 43e batt. à St. Jean.

30-04-1915 au 04-08-1915
Tirs sur tranchées et mouvements d’ennemi dans région Fort de Condé, village de Condé, Missy. Observations pour les tirs sont données par aviateurs.

05-08-1915 au 21-07-1916
Le 1e groupe passe à la 5e Armée.
Elle reste sur mêmes positions et tir sur les mêmes buts à l’autre coté de l’Aisne. Le 1 juin 1916 Coutellier est promu Brigadier.

22-07-1916 au 31-12-1916
La 1e Groupe de Sorti quitte ses positions de sous secteur de Ciry pour appuyer à l’Est vers Chassemy et Brenelle. Après des cantonnements diverses le 28-12-1916 la groupe est affecté au 2e Corps Cavalerie des de 1 janvier 1917. Elle est stationnée dans la région Château-Thierry.

01-01-1917 au 01-04-1917
Période de manœuvres et exercices avec les brigades et divisions du 2e Corps Cavalerie. En même temps les hommes des brigades et régiments de la 89e Division d’Infanterie Territorial sont mis en travaille au routes, tranchées, boyaux et abris sur tout le front en Champagne.

01-04-1917 au 16-04-1917
Formation de 272e Régiment d’Artillerie de Campagne (RAC) comprenant le 1e Groupe du 52e RAC et le 2e Groupe du 37e RAC de Coutellier. La batterie de Coutellier porte maintenant le nr. 44 du 2e groupe du 272e RAC. La 2e groupe a ses positions : 46e batterie, au parc des sports de Reims ; 44e batterie, au nord de Cormontreuil, dans les couverts en bordure de la Vesle ; 45e batterie, à 500 mètres sud-est de Taissy. Toutes les positions sont casematées.
Les objectifs principaux sont les tranchées de première ligne ennemies, entre la Butte de tir (3 kilomètres est de Reims) et les bois au nord de Prunay. Dans le voisinage du fort de la Pompelle, qui fait sensiblement face au centre de cette zone, les lignes ennemies sont, par endroits, à 100 mètres à peine de nos tranchées. Cette partie du secteur est très agitée ; les coups de main, des deux côtés, y sont fréquents et les alertes continuelles.

16-04-1917 au 20-08-1917
Déclanchement de l’attaque entre Soissons et Reims. Pendant la période de préparation et d’exécution de l’offensive, les tirs de barrage, de nuit, sont presque journaliers; toutes les batteries y prennent part, soit en barrage direct, soit en renforcement de barrage; le personnel fait preuve d’une extrême vigilance et d’une endurance remarquable. Les ravitaillements en munitions ne sont exécutés que de nuit, dans des conditions d’ailleurs toujours périlleuses, en raison des tirs de harcèlement de l’ennemi.

20-08-1917 au 23-11-1917
Le 2 e groupe du 272 RAC est mis à la 34e C.A. et la 44e batterie occupe la position à Bluets (Reims au N du canal). Les objectifs
principaux sont les premières lignes ennemies entre le fort de Brimont et Witry-les-Reims.

23-11-1917 au 10-12-1917
Le 272e RAC est, comme part de l’AC/31, mise à la disposition du 38e C.A. dans le secteur du Berry-au-Bac. Le régiment est relevé et va cantonner dans la région Mery-Prémery, Sainte Euphraise et Aubilly. Après reconnaissance le 2e groupe du 272e RAC relève le 3 e groupe du 275 e RAC aux positions de la Tuilerie. (Saïda, Mascara, Mazagran)

10-12-1917
Le régiment quitte ses cantonnements pour rejoindre le C.O.A.C. de Neuilly-en-Thelle par voie de terre.

15-12-1917 au 12-02-1918
Arrivé du régiment au C.O.A.C. À partir de cette date le régiment se transforme en régiment de 75 porté de 3 Groupes à lieu de 2 Groupes. Coutellier reste dans la 2e Groupe, 44e batterie. Les chevaux du régiment sont embarqués pour l e C.O.A.L. Les voitures et avant-trains sont embarqués pour Bourges avec matériel restant sans emploi pour un régiment à tracteur. Le régiment. Le régiment touche 7 mitrailleuses contre-avions, une Unité de Transport et un important renfort d’hommes de la classe 1918, qui sont répartis entre les 9 batteries.

Écoles à feu des Groupes sur le champ de tir du C.O.A.C. de 5 au 9 février.

12-02-1918 au 23-02-1918
Du 12 au 18 février 1918, le régiment s’embarque à la gare de Verberie, située à 35 kilomètres de ses cantonnements. le 2e groupe part le 14. Les 2e et 3e groupes, l’ U. T. et l’état-major du régiment débarquent à la gare de Givry-en-Argonne, et sont dirigés de là, par route, dans le secteur de Verdun. Les groupes sont conduits, de leur gare de débarquement, au camp de Nixéville (8 kilomètres sud-ouest de Verdun), partie par des unités de transport empruntées à d’autres régiments portés, partie par l’ U. T. du 272e. Les mouvements sont terminés le 23.

24-02-1918 au 10-03-1918
Le 272e RACP aux ordres du 20e C. A., est réparti sur le terrain. Le 2e groupe en position aux bois Bourrus (2,5 km. sud de Chattancourt, sur la rive gauche de la Meuse) et est mis à la disposition du 168e DI.

10-03-1918 au 21-03-1918
Les batteries sont simultanément ou alternativement soumises à des bombardements à obus explosifs (150 et 210) et à obus toxiques (ypérite). Les tirs ennemis détruisent 2 canons de la 45e batterie et 3 canons de la 49e batterie. Les bombardements à l’ypérite ont un résultat immédiatement plus fâcheux.

27-03-1918
le 2e groupe change de position ; il vient relever, dans le ravin de Saint-Martin (1 kilomètre est de Vacherauville), un groupe du 233e RAC.

21-04-1918 au 28-04-1918
Le 272e RACP vient occuper des cantonnements de repos dans la région « Le Châtelier – Rémicourt – La Neuville-aux-Bois », près de Givry-en-Argonne.

28-04-1918
Le régiment embarque en quatre trains, à la gare de Givry-en-Argonne, à destination de la Belgique. Le 29, il débarque à Doullens (Somme) et se rassemble dans la région de Bonnières (nord-ouest de Doullens).Repos.

04-05-1918
Le 2e groupe relève le groupe à cheval du 42e RAC en position 3,5 km S.E. de Popéringhe.

08-05-1918 au 09-05-1918
l’ennemi attaque sur le front de la division. Au cours de la nuit, les batteries, en particulier celles du 3e groupe, sont prises à partie et subissent un bombardement intense par obus explosifs et obus toxiques de gros calibre. Le 3e groupe, qui avait le plus souffert à Verdun, est encore le plus éprouvé. L’attaque ennemie est brisée.
Pertes : 8 tués, 24 blessés.

21-05-1918
Préparation d’artillerie en vue d’une opération du 121 DI. Tirs très nourris de nuit et jour.

Attaque française au matin. Tous les objectifs sont atteints.

27-05-1918
Du 27 au 28 mai, l’ennemi réagit vigoureusement, mais toutes ses attaques sont brisées.

01-06-1918
Coutellier est promu Marechal des Logis.

05-06-1918
Le régiment est relevé de ses missions à 21h et reçoit l’ordre de se rassemblera ses échelons à Steenvoorde pour se préparer à un départ immédiat.

06-06-1918
Le 272e RACP se met en route à 5 heures du matin, pour se rendre, par étapes forcées, dans l’Oise, sans prendre de repos. Il franchit plus de 300 kilomètres en deux jours.

08-06-1918
Au matin, il est rassemblé dans la région Moyvillers – Arsy – Rivecourt, dans l’Oise, entre Estrées-Saint-Denis et Compiègne.
Reconnaissance des positions aux environs de Lataule et de Belloy

09-06-1918
Les 2e et 3e groupes réussissent à la nuit de prendre position au Nord de Neufvy-sur-Aronde. Leur mise en batterie s’achève sous un violent bombardement à obus toxiques et explosifs, prélude et accompagnement de l’offensive allemande entre Montdidier et Compiègne. Les deux groupes n’en sont pas moins prêt à remplir à l’heure fixée (24h) leurs missions de C.P.O. Quant le 1e groupe, Nord de Lataule dont les voitures sont surprises sur les positions par l’extrême violence du bombardement à la majeure partie du matériel mis hors service. Le groupe reçoit l’ordre de sauter les pièces et d’évacuer les positions. Vers 10h les positions sont envahies par l’ennemi. Le personnel gagne Beaupuits à grand peine.
Pertes : un canonnier tué, un sous-officier et plusieurs hommes disparus et une trentaine hommes blessés.
À 13h les 2e et 3e groupes reçoivent l’ordre de reconnaitre des positions de repli à 1000 m. en arrière. À 14h les canons et une grande partie des munitions se trouvent sur les nouvelles positions où les batteries continuent des tirs de barrage et de concentration.
À 19h l’ordre est donné que le 2e et 3e groupe continueront à soutenir l’infanterie, tirer jusqu'à épuisement des munitions puis se replier en position d’attente. À 21h les batteries n’ont plus de munitions. Ils se replient sur Beaupuits.

10-06-1918
Les 2e et 3e groupes bivaquent 500 m sud de Moyvillers. Le 272e RACP est le dit jour rattaché à la Reserve Générale d’Artillerie pour en former la 5e Division.

11-06-1918 au 15-06-1918
Au cours de ces journées les batteries du 2e et 3e groupe exécutent sans interruption des tirs de harcèlement, de concentration, de barrage pour appuyer les attaques de l’infanterie dans la région Bois de Lataule, St. Maur, Bois de Ressons et Ferme Porte. (consommation moyenne 8000 coups par jour par groupe.)

16-06-1918 au 03-08-1918
Reconnaissance de nouvelles positions et déplacement des batteries du 2e groupe aux environs de Wacquemoulin où son P.C. est à la disposition de l’AD/165. Période de stabilisation du front. Les batteries sont bombardées par avions et par de tirs de harcèlement d’ennemi.

03-08-1918
Le Régiment est mis à la disposition de 5 divisions différentes. Chaque groupe est fractionné entre deux divisions, deux batteries dans l’une d’elles, une batterie dans l’autre.

09-08-1918
Les groupes sont déplacés en vue d’une offensive imminente. Le 2e groupe avance ses batteries dans le ravin 1 km N.E, de Wacquemoulin.
Accrochage des batteries.

10-08-1918
L’attaque se déclenche à l’heure H=4h20 en direction générale de Rollot, Mortemer, Conchy-les-Pots. Mission: accompagnement par barrages roulants jusqu'à limite de portée.
Reconnaissances de nouvelles positions : le 2e groupe (seulement les 44e et 46e batteries) se porte à 800 m. S.E. de Mery-la-Bataille

15-08-1918 au 27-08-1918
Dans la nuit du 15 au 16, le régiment passe l’Aisne à Vic-sur-Aisne et, le 16 aout, à 6 heures du matin, il est en position.
Les groupes sont établis entre Saint-Christophe-à-Berry et Berny-Rivière, à cheval sur la route de Vic-sur-Aisne à Saint-Christophe-à Berry, au nord est de Vic-sur-Aisne, dans l’ordre, de la gauche à la droite : 2e, 1e, 3e groupes.
Le 18 aout, attaque sur le front de la division, en direction générale Chevillecourt – Morsain – Vezaponin.
Mission du régiment : appui direct de la 128e D. I. ; accompagnement de l’infanterie par barrage roulant. Tous les objectifs sont atteints.

Le 20 aout, les trois groupes se portent en avant et viennent occuper une position au sud et à l’ouest de Morsain. le 2e groupe, au centre, à 400 mètres ouest et sud-ouest de Morsain. L’offensive continue : l’axe général de l’attaque s’infléchit un peu vers l’est en direction Epagny – Crécy-au-Mont – Leuilly – Anizy-le-Château ; l’infanterie progresse toujours.
Le 24, les 2e et 1e groupes, dépassant le 3e, viennent s’établir à 1.000 mètres environ à l’est de ce dernier, sur le bord d’un ravin orienté nord-sud, à 600 mètres à l’ouest de Mareuil, également face à l’est.


Jour de décès

28/08/1918

La 44e batterie de Coutellier a sa position à la Ferme Mareuil. (Aisne) C’est à cette date et lieu il est tué par un éclat d’obus, à l’âge de 34 ans.
Il était plus que 4 ans au front, dans le 37e RAC et le 272 RACP.


Citations

Ordre du régiment nr. 17 de l’AD du 8 aout 1915
« Le 8 septembre 1914 à la Marne, la batterie se trouvait dans une position critique sous un feu violant d’obusiers est resté à son poste de pointeurs bien qu’il fut blessé. A toujours été un modèle de sang-froid et de courage.

Ordre de l’A. D. n°29 du 1e septembre 1918


Médailles

Croix de Guerre étoile de bronze


Inhumation

Cimetière Communal de Bouville (92 Essonne)


Crédits & Sources

Informations sur les sources :

Photo de Coutellier :
Site de MemorialGenWeb, André PRUVOS, licence d'usage : CC BY­NC­SA 2.0

Ferme de Mareuil

Retour