Fiche matricule de recrutement

COUTELLIER Pierre

17/04/1879 - 04/07/1915

Accès rapide aux sections Informations personnelles | Signalement | Recrutement | Services et mutations | Jour de décès | Citations | Médailles | Inhumation | Retour

Informations personnelles

Né le 17/04/1879 à Mhère

Résidant à Mhère

Père : Coutellier Ernest

Mère : Charbonneau Joséphine

Profession :

Résidence familiale : Mhère


Signalement
Données à caractère physique :
Cheveuxchâtains
Yeuxchâtains
Frontordinaire
Nezmoyen
Visageovale
Taille1.64 m
Poids kg

Recrutement

Fiche matricule 1019 bureau de Cosne. Classe mobilisation 1899

Inscrit sous le nr. 58 de tirage de Canton de Corbigny

Classé dans la 2e partie de la liste : « Bon » Vue à Versailles

Dispensé article 21 : Frère au service


Détail des services et mutations diverses

14-11-1900
Appelé à l’activité pour le 85e Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le dit jour. Immatriculé sous le nr. 1803. Soldat 2e classe.

24-09-1901
Envoyé à la disponibilité. Certificat de bonne conduite « Accordé »

01-11-1903
Passé dans la réserve de l’armée active

04-10-1905
Résidant 16 Quai de Béthune Paris

16-08-1906
1e période d’exercices au 85e RI 16-08-1906 au 12-09-1906

08-12-1907
Résidant 1 Boulevard Henri IV Paris

15-10-1908
2e période d’exercices au 85e RI 15-10-1908 au 31-10-1908

19-05-1910
Résidant 26 Rue Chanoinelle Paris

11-12-1912
Résidant 29 Rue Mathis Paris (19e)

01-10-1913
Passé dans l’armée territoriale

02-08-1914
Rappelé à l’activité par suite de mobilisation générale. Arrivé au corps le dit jour, 61e Régiment d’Infanterie Territoriale, 6e Cie aux armées non combattants. Immatriculé sous le nr. 4870.

05-08-1914 au 25-11-1914
Le 61e RIT quitte la caserne Binot à Cosne pour se rendre à la gare et embarque par voie ferrée pour Is-sur-Tille (Côte-d’Or)
À ce moment le 61e RIT consiste de 3 bataillons de 4 à lieu 6 Cies. Coutellier est dans la 6e Cie, donc 2e Bataillon. Le J.M.O. du 2 e Bat n’existe pas, mais suivant le J.M.O. du 1e Bat., le Commandant du Régiment était avec le 2e Bat. à Thil-Châtel.
Encore avec le 1e Bat le 2e Bat. quitte Thil-Châtel le 23 septembre par voie ferrée pour Le Bourget où il arrive le 24 septembre et continue le mouvement pour Aubervilliers, suite Estrées St. Denis.
Dans ce période les soldats ont faits de plusieurs travaux : garde de police, sécurisé les transports, transports de prisonniers, installation de dépôts des éclopés, soigner des chevaux malades etc.

25-11-1914
Le 61e RIT dirige sur le dépôt de Cosne de nombreux officiers, sous-officiers et hommes de troupe appartenant plus jeunes classes.

27-11-1914
Pierre Coutellier rentre au dépôt de Cosne

08-12-1914
Passé au 13e Régiment d’Infanterie. C’est une erreur dans la fiche matricule. En fait, Pierre Coutellier est passé au 213e Régiment d’Infanterie, le régiment de réserve du 13e RI. Le 213e RI consiste de 2 bataillons à 4 Cies. Coutellier est placé dans le 5 e bataillon, 18 e Compagnie.

Le régiment occupe la région Thann, Michelsberg, Haut-Thann. Le terrain est difficile et les opérations sont faites en sections, demi-sections et escouades. Pour ca j’ai suivi la 18e Cie durant les attaques et les opérations défensives.

10-12-1914 au 07-01-1915
Les Français préparent une grande attaque sur Steinbach et Cote 425 afin de s’assurer la prise d’Aspach-le-Bas, celle de Cernay et celle des villages de Wattwiller, Uffholtz et Steinbach, au nord de Cernay, dont les hauteurs (cote 425) constituent une menace sur les flancs de l’attaque vers Cernay.
Le lendemain, les contre-attaques allemandes empêchent toute progression des Français: plus question de prendre ni Cernay ni Aspach avant de s’être assuré les hauteurs de Cernay : la bataille va se cristalliser pendant plus de trois semaines autour le la cote 425 et du village de Steinbach. Le village fait l’objet de combats dantesques, et la bataille de Steinbach est un véritable enfer pour les combattants : on se bat rue par rue, maison par maison, cave par cave, dans des conditions climatiques épouvantables… Le village, finalement pris par les soldats est totalement détruit mais la cote 425 reste aux mains des Allemands. La bataille pour Cernay est perdue par les Français.
Les pertes entre 25-12 et 05-01 sont :
Tués 109, blessés 208, disparus 107

08-01-1915
Tout le régiment va cantonner à Moosch.

11-01-1915 au 17-06-1915
Les 17e et 18e Cies se rendent à Vieux-Thann pour y exécuter des travaux. Constructions de tranchées, d’abris contre l’artillerie de boyaux de communication et de réseaux de fil de fer.
Les travaux sont suspendus pendant les canonnades ennemies et ont été repris aussitôt après. On travaille aussi pendant la nuit.
Fin de janvier attaques sur le Sudelkopf, Lauch et Goldenmatt pour enlever les tranchées avancées des allemands. 13 février les allemands attaquent sur le front Gustiberg au Langenfeldkopf par Linthal et Rimbühl.
Pendant les mois de mars et avril c’est très calme au front.
Dans cette période les pertes du régiment sont :
Tués 14, blessés 73 et disparus 123, dont 39 du 18e Cie.

18-06-1915
Attaque sur Sondernach et le Bois dit-« En Brosse » Le 18e Cie prend position sur les pentes Est de Schnepfenrieth. En fait l’attaque est exécutée par le 6e bataillon du 213e RI. Les pertes sont énormes. Aussi Philippe Brez un fils de Mhère, sergent dans la 23e Cie est tué.
Pertes : tués 98, blessés 64 et disparus 155.

27-06-1915
Le 5e bataillon se repli et après un repos de 2 heures aux environs de Markstein, arrive à 10h30 à Moosch.
Les derniers jours le 6e et 5e bataillons ont essayé d’organiser une défense et sont bombardé tous les jours par obus d’ennemie
Les pertes dans 9 jours sont tués 14, blessés 27

28-06-1915
Repos du 5e bataillon à Moosch

29-06-1915
A 20h départ du 5e bataillon pour l’Hartmannswillerkopf pour y relever le bataillon de 1e ligne du 244e R.I. (3 Cies aux tranchées, 1 Cie en réserve d’avant-postes)

30-06-1915
Journée calme. Réparation des tranchées et création de boyaux.

01-07-1915
De 18h30 à 19h30, bombardement violent de tout notre secteur d’avant-postes à l’aide de torpilles, de bombes et d’obus de 77 et de 105. Une partie de tranchée et des abris sont démolis. Réparation des dégâts et continuation des travaux en cours.
Les pertes de la journée sont 2 tués et 8 blessés. Tout du 18e Cie.
Pierre Coutellier est un de ces blessés.



L’Alsace c’est un terrain difficile et quand un soldat comme Coutellier est blessé, c’est un grand effort de lui transporter sur une ambulance dans la vallée. Pour ca, La Service Santé du 66e Division a fait un mode d’organisation pour les blessés évacué du front à la vallée. Pour le service santé, l’Hartmannswillerkopf se trouve dans le secteur Herrenfluch. Les blessés à l’Hartmannswillerkopf sont évacués par brancardiers au pied ou par mulets dans le parcours Silberloch-Herrenfluch. À Herrenfluch il y a une baraque bois, 1 médecin auxiliaire, 12 brancardiers et deux mulets. À Tommanplatz, se trouve un hippomobile ou auto. Avec le hippomobile/auto le blessé est transporté sur l’ambulance 3/58 à Moosch dans la vallée de Krüt.


Organisation transport des blessés



03-07-1915
Dans le J.M.O. du service santé c’est noté : 15h- visite de Ambulance 3/58 à Moosch. Ella a reçu 50 blessés dans la nuit ou la journée dernière dont 10 graves.


Jour de décès

04/07/1915

Ce jour Pierre Coutellier est décédé dans l’Ambulance 3/58 à Moosch, mort des suites des blessures de guerre à l’âge de 36 ans.


Citations

Néant


Médailles

Médaille Militaire à titre posthume (J.O. du 28-05-1922)
Médaille de la Victoire (1922)
Médaille Commémorative Française de la Grande Guerre (1920)


Inhumation

68 – Haut Rhin
Commune de Moosch
Nécropole Nationale
Tombe 244


Crédits & Sources

Informations sur les sources :

Archives SHDGR GR 26 N 388 001 0011 T
Archives SHDGR GR 26 N 716 003 0029 T

Retour